Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes

La condamnation le 17 février 2016 de l’herboristerie de la place de Clichy à un an de prison avec sursis pour exercice illégal de la médecine a fait couler de l’encre dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Même pas 24 heures après sa publication, on pouvait par exemple comptabiliser 198 commentaires sur la page Facebook de Sciences et Avenir.

Bon nombre de ces commentaires, qui à eux seuls pourraient former la trame d’un nouvel épisode de X Files, m’ont inspiré cet article.

L’objectif de cet article est de prendre du recul sur cet emballement médiatique, de considérer les faits mais aussi d’apporter une réponse plus sensée et rationnelle que les niaiseries des théories du complot.

Les faits

Le tribunal correctionnel de Paris condamne le 17 janvier 2016 un « herboriste » à un an de prison avec sursis pour exercice illégal de la médecine. Il affirmait pouvoir combattre 80 % des maladies (dont le SIDA) avec ses remèdes à base de plantes.

Il est également condamné pour « commercialisation ou distribution de médicaments dépourvus d’autorisation de mise sur la marché, ouverture d’un établissement pharmaceutique sans autorisation et contrebande de marchandises prohibées. Cette personne avait déjà été informé en 2009 qu’elle exerçait une activité illégale.

Dans une autre affaire, le propriétaire d’une autre herboristerie a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 2000 euros d’amende

Pour mémoire on peut également citer les affaires suivantes :

- Le 03 septembre 2012, la gérante d’une société dénommée l’Herbe magique est condamnée par le tribunal correctionnel de Marseille pour exercice illégal de la pharmacie mais également pour usurpation du titre d’herboriste et tromperie sur la nature des produits.

- Le 4 avril 2013, la société Herboristerie du Palais-Royal et son gérant (Michel Pierre) est condamnée par la cour d’appel de Paris a condamné pour exercice illégal de la pharmacie.

Pour approfondir ce sujet, vous pourrez consulter la page https://www.psiram.com/fr/index.php/Michel_Pierre

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes

Que dit la loi ?

Une définition officielle de plante médicinale est donnée par la jurisprudence : une plante est médicinale lorsqu’elle est inscrite à la pharmacopée ET que son usage est exclusivement médical. L’usage médical concerne les propriétés préventives ou curatives à l’égard des maladies. Avec cette définition, on peut comprendre aisément qu’on ne vas pas confier à n'importe qui la vente de ce type de plantes. A cet effet, La vente des plantes médicinales inscrites à la Pharmacopée est réservée aux pharmaciens. Ces plantes sont celles décrites dans les listes A et B de la pharmacopée française.

En France, le diplôme d'herboriste a été supprimé par le régime de Vichy (Loi du 11 septembre 1941 relative à l'exercice de la médecine, JO du 20 septembre 1941, page 4023). Les herboristes diplômés avant cette date ont le droit d'exercer toute leur vie durant (Code de santé publique, article L4211-7).

Le dernier herboriste diplômé a disparu en 2000 à 95 ans. Par conséquent, si vous voyez maintenant quelqu’un en France qui se prétend herboriste, il s’agit d’un usurpateur.

De l’herboriste à l’herbaliste

Vu que le titre d'herboriste n'existe plus et jamais à cours d’imagination, certains utilisent désormais les termes de conseiller en phytothérapie ou encore herbaliste. Dans tout les cas, ils ne pourront que commercialiser certaines plantes (les plantes dites libérées), sans toutefois pouvoir revendiquer une indication thérapeutique ou un effet pharmacologique (décret 2008-841 du 22 août 2008)

Pour la plupart, il s’agit de plantes ayant un autre usage (alimentaire, aromatique ou condimentaire) que n’importe quel épicerie ou supermarché peut vendre. Vous, moi, n’importe qui peut commercialiser ces plantes libérées, et sans obligation légale de qualification.

De l’herboriste au naturopathe

Chaque année est organisé en France un congrès des herboristes. Sur leur site de billetterie, on peut lire « Le Congrès des Herboristes est le rendez-vous des amoureux des plantes, organisé par l'Association pour le Renouveau de l’Herboristerie, l’École Lyonnaise de Plantes Médicinales, l'Herboristerie du Palais Royal, l'Inderplam, l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle, et Natura Mundi. »

C’est vrai que congrès des herboristes sonne plus sérieux que congrès des amoureux des plantes.

Intéressons nous à certains organisateurs de ce congrès.

-herboristerie du palais royal : on l'a déjà rencontré tantôt

-l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle : une association où on trouve pêle mêle des gens comme Thierry Souccar, Henri Joyeux etc. Le lien ci après vous donnera de plus amples informations https://www.psiram.com/fr/index.php/IPSN

Je vais revenir sur un des membres de cette association, Jean François Astier. Selon le site du PSIRAM, il est Naturopathe, expert en Herboristerie, Directeur de Natura Mundi. Natura mundi, on a déjà vu ce nom dans la liste des organisateurs. Ce personnage est également rédacteur et éditorialiste du magazine Plantes et santé. Pour avoir lu plusieurs de ces magazines, je le résumerais essentiellement, et c’est avis personnel, à un catalogue de publicité pour des compléments alimentaires additionnées d’articles pseudo scientifiques genre cure detox. Ce qui a commencé à me mettre la puce à l’oreille est la rubrique de questions réponses où j’ai du lire à deux fois les recommandations d’un naturopathe à un lecteur consistant à adapter son régime à son groupe sanguin. Chacun après pourra penser ce qu’il veut du sérieux de ce magazine.

Voilà également ce qu’on peut lire sur le site de l’école française d’herboristerie.

« Vous découvrez ainsi notre offre de formations professionnalisantes pour travailler dans le domaine de l'herboriste et vous initier à la naturopathie. » Nul besoin de démonstration supplémentaire pour voir comment certains naturopathes veulent mettre la main sur la profession disparue d'herboriste.

Certains naturopathes qui s'auto proclament herboristes

La naturothérapie s'autoproclame "médecine qui cherche les causes de la maladie et qui dans la compréhension naturelle des signes et des phénomènes cliniques, biologiques et physiques, propose des traitements qui iront dans le sens du renforcement des défenses de l'organisme". Rien de bien nouveau en somme, reste la démarche diagnostique et thérapeutique qui peut paraître inquiétante surtout lorsqu'on lit la charte des naturothérapeutes :

"Un naturothérapeute est un médecin qui s'éloigne de la médecine hospitalière, inhumaine et parfois dangereuse; c'est un éducateur en santé, un hygiéniste, un médecin de l'environnement et du mode de vie(...) il essaie de rétablir les énergies de vie souvent inexistantes car masquées par des causes pathologiques. C'est un esthéticien : les gens en bonne santé sont beaux."(L'Impatient, n°26,1976).

Chez les naturothérapeutes le phénotype est le miroir des maladies présentes ou à venir. D'ailleurs Marchesseaux, un des fondateurs d'une école de naturopathie, ne voulait-il pas proposer de sélectionner, suivant un canon morphophysiologique et des épreuves athlétiques, les meilleurs géniteurs seuls autorisés à avoir des enfants ?

Pour plus d'information, vous pouvez consulter le lien http://www.charlatans.info/naturo.shtml

Je laisse à votre appréciation un commentaire d'un naturopathe laissé sur Facebook suite à l'affaire de l'herboristerie.

Après X Files, Naturo Files

Après X Files, Naturo Files

En France, on ne sait pas vraiment à quoi servent les naturopathes. Ils n'ont aucune obligation légale de formation et beaucoup utilisent des concepts pseudo scientifiques comme détox, alimentation alcaline etc. N'importe qui peut devenir naturopathe.

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes

Mais le concept des plantes médicinales en intéresse certains. Cela fait naturel, en rajoutant une dose d'authenticité, en ressuscitant une profession disparue, et la tisane peut infuser.

Certains ont compris que la mode des plantes sauvages peut rapporter de l’argent, qu’elle s’inscrit dans l’air du temps. Qu’importe les considérations scientifiques, médicales, si c’est naturel, ça ne peut être que bon (sic)

La phytothérapie et les plantes médicinales n’appartiennent pas à la sphère des médecines « alternatives », ni aux naturopathes et ce n’est certainement pas grâce à eux que le savoir de nos ancêtres s’est perpétué jusqu’à nous.

Ils nous ressortent un mot du Moyen-Age, « simple » qui désignait les plantes médicinales. Ils se disent victimes des lobbies pharmaceutiques ou industriels. Certains ne sont que des producteurs cueilleurs, d’autres usurpent un titre d’herboriste qui n’existe plus. On voit beaucoup de mauvaise foi dans ce domaine et surtout de l’illusion pour pallier à l’absence de compétences médicales. Les discours fantaisistes et simplistes (sans jeu de mot) doivent inviter à la vigilance et à l’esprit critique contre ceux qui veulent nous ramener au Moyen-Age où là effectivement la profession d’herboriste pouvait se comprendre. On ne pourra leur reprocher de surfer sur un engouement populaire dont ils veulent aussi une part du gâteau, et sans avoir besoin de faire de longues études. 148 plantes sont en ventes libres pour n’importe qui.

Les vrais herboristes

L'herboriste tenait une officine. Il y vendait des plantes ainsi que des mélanges et des préparations à base de plantes.

L’ancienne profession d’herboriste était réglementée et sanctionnée par un diplôme d’État. La Faculté de médecine de Paris n’attribue le premier diplôme d’herboriste qu’en 1778, auquel l’exercice de la profession est assujetti dès 1803.

L'herboriste pouvait détenir et vendre des plantes ou des parties de plantes médicinales, indigènes ou acclimatées, à l'exception des plantes inscrites sur les listes des substances vénéneuses. Les plantes ne devaient pas être mélangées entre elles.

On ne peut que constater une régression par rapport à cette notion d’herbaliste ou pseudo herboriste qui ne correspondent à rien de réglementé au niveau de la formation. D'ailleurs, sur un site tenu par un naturopathe (http://home.naturopathe.over-blog.com/article-un-metier-qui-derange-herboriste-123689083.html), on peut lire en toutes lettres que ce terme d'herbaliste est là pour contourner la loi. On y retrouve aussi les mêmes moisissures argumentatives qu'on développera plus tard

Se prétendant les successeurs des herboristes, certains sont plutôt une insulte à cette profession disparue.

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes

Faisons un inventaire des moisissures argumentatives rencontrées dans les commentaires de cette affaire.

L’argument du monopole pharmaceutique

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes
Big pharma is watching you !

Big pharma is watching you !

Commentaires lus : "Coup des pharmaciens contre la concurrence / Monopole des pharmaciens qui ont fait disparaître tout les herboristes / La puissance pharmaceutique a encore frappé / Cette mafia pharmaceutique / Big pharma / Labo pharmaceutique et mafia / Faut pas toucher au monopole des pharmaciens"

Dans le Larousse, le monopole est défini comme un privilège (de droit ou de fait) dont dispose un individu, une entreprise ou un organisme public de fabriquer ou de vendre seul certains biens ou certains services à l'exclusion de tout concurrent.

Concernant des produits de santé, le bon sens veut que des plantes médicinales soit vendus par des professionnels qui ont une solide formation en santé. D’un point de vue santé publique, il est normal que ce monopole soit réglementé. De nombreuses professions sont également réglementés comme les chauffeurs de taxis, avocat, huissier, vétérinaire, coiffeur etc. Heureusement pour nous qu’il existe un minimum de garanti que quand on se rend chez un coiffeur on ne soit pas shampoigner avec une lotion anti-puces pour chien . Pour les plantes médicinales, c’est exactement pareil.

Le monopole pharmaceutique garantit l'exclusivité des activités et des marchandises que peut vendre le pharmacien. Les plantes médicinales ne sont pas des marchandises ordinaires.
Ils doivent être administrés dans des conditions bien déterminées et ils présentent souvent une toxicité. Le malade n'a pas souvent les connaissances scientifiques pour juger des qualités de ces produits, pour apprécier les dangers qu'ils peuvent présenter et pour les utiliser correctement.
Leur vente est donc réservée aux pharmaciens dont le diplôme garantit la compétence c'est-à-dire qu'ils en connaissent l'action physiologique, le mode d'administration, les effets secondaires etc.

Les lobby

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes
Le lobby pharmaceutique en pleine conspiration depuis l'étoile de la mort

Le lobby pharmaceutique en pleine conspiration depuis l'étoile de la mort

Commentaires lus : " Puissance du lobby médical / Le lobby pharmaceutique et tout les médicaments avec les effets secondaires / Le lobby pharma a gagné / Lobby de la chimie / Les tout puissants lobbys pharmaceutiques n’ont aucune limite / Les lobbys pharmaceutique"

Lobby est le terme anglais pour groupe de pression qui selon le Larousse est un "organe de défense d'intérêts ou de valeurs, qui essaie par divers moyens (campagnes, action directe, pressions, etc.) d'influencer la décision politique dans un sens qui lui soit favorable".

La France est un cas particulier en termes de « lobbying ». Cette pratique y est accompagnée d'une très lourde connotation négative et son appréhension reste largement tributaire d'une conception spécifique de l'intérêt général, héritage de la tradition rousseauiste, jacobine et révolutionnaire.

En tant qu'acteur des débats de santé publique directement intéressé aux évolutions du marché des médicaments, l'industrie pharmaceutique est partie prenante d'un certain nombre de débats et d'activités politiques. Il est alors question de l'existence d'un groupe de pression ou lobby, le lobby pharmaceutique, aussi appelé de façon familière Big Pharma.

Qui est ce supposé groupe de pression ? L'ordre des pharmaciens ? Promoteur de la santé publique et de la qualité des soins pharmaceutiques, l’Ordre national des pharmaciens s’est vu confier des missions consultatives, auprès des pouvoirs publics, en matière d’organisation des soins. L’Ordre peut ainsi donner son avis sur diverses thématiques de santé publique.

Un ordre professionnel est une personne morale de droit privé chargée d'une mission de service public, constituée par une loi qui définit sa fonction publique et par un décret d'application pris en Conseil d'État qui lui donne son statut

D'autres professions sont également organisés en "ordre" (médecins, vétérinaires, infirmiers, avocats, experts comptables, etc.)

La chimie

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes
Le monoxyde de dihydrogène. Une molécule chimique présente dans les pluies acides et utilisée pour fabriquer les pesticides. Egalement connu sous le nom...d'eau

Le monoxyde de dihydrogène. Une molécule chimique présente dans les pluies acides et utilisée pour fabriquer les pesticides. Egalement connu sous le nom...d'eau

Commentaires lus : "Rien ne doit rivaliser avec la chimie / Chimie médicale et agricole condamnés à boire dans l’eau du robinet. Les usagers devraient porter plainte pour empoisonnement / Saloperie de vendeur de chimie / On peut se soigner sans molécules chimiques / Médicament bien chimique"

Sauf si j'ai raté un cours de sciences au collège, tout ce qui nous entoure, et nous avec, sommes constitués de molécules chimiques.

Outre la faiblesse intellectuelle de ce genre de tirades, on est ici en présence d'une moisissure argumentative classique nommée le faux dilemme. il s'agit de réduire abusivement le problème à deux choix pour conduire à une conclusion forcée. D'un côté le camp du "naturel", de l'autre la chimie.

On peut aussi citer le biais de l’appel à la nature : rendre votre déclaration plus vraie en la comparant avec le bon vieux monde naturel

Le fameux mythe qui dit que tout ce qui est "naturel" est bon. Ce mythe, pourtant, ne tient pas face à un examen critique minutieux. Ils fleurit parce qu'il touche à une corde sensible de la psychologie humaine.

La chasse aux sorcières

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes
Vous pouvez me pourchasser, me brûler mais un jour des naturopathes retrouveront mon grimoire et vous ne tomberez plus malades

Vous pouvez me pourchasser, me brûler mais un jour des naturopathes retrouveront mon grimoire et vous ne tomberez plus malades

Commentaires lus :"Manque plus que l’accusation de sorcellerie / Heureusement qu’on ne brûle plus les gens pour sorcellerie, ils seraient capables de le faire / Le retour de la chasse aux sorcières en 2016 / Au Moyen age on l’aurait envoyé au bûcher"

On a ici ce qu'on appelle la technique du chiffon rouge (ou red herring, ou hareng fumé) qui consiste à déplacer le débat vers une position intenable par l’interlocuteur.

C’est la faute aux autres

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes
L'extinction des dinosaures, c'est à cause de Monsanto

L'extinction des dinosaures, c'est à cause de Monsanto

Commentaires lus : "Le socialisme liberticide, ça suffit / Que ce soit les grainetiers, l’agroalimentaire ; les industriels, la pétrochimie a mis le monde sous coupe réglée / Vive Monsanto"

Même technique du chiffon rouge (ou red herring, ou hareng fumé) qui consiste à déplacer le débat vers une position intenable par l’interlocuteur.

Ailleurs ou avant, c’est mieux

Commentaires lus : "Les chinois se sont gardés de faire cette erreur. Ils ont à la fois la pharmacie moderne et les herboristes / La médecine chinoise qui a fait ses preuves pendant 3000 ans"

On a ici ce qu'on appelle le biais d'ancestralité. Avant c'était mieux.

Une revendication classique de la plupart des remèdes alternatifs est qu'ils reposent sur une connaissance voire une "sagesse" antique. La popularité de l'idée selon laquelle un âge d'or aurait eu une sagesse autrement plus importante qu'à notre époque, est révélateur d'un certain mécontentement et d'un ras le bol. Ceci est sans doute une autre manifestation du manque de foi dans les technologies modernes à résoudre les problèmes du monde. Il y a environ 100 ans de cela, la révolution industrielle promettait une nouvelle utopie moderne. L'optimisme cependant était prématuré, et aujourd'hui, nous avons une idée un peu plus réaliste de ce que la technologie peut ou ne peut pas faire et quel en est son coût.

Et de nos jours, les partisans de ces pratiques alternatives voudraient nous faire croire que ces "thérapies" ont survécu, et ont été utilisées depuis et pendant des milliers d'années, est une preuve de leur efficacité. Comment auraient-elles pu survivre, demandent-ils, si cela ne marchait pas ? Mais l'histoire nous montre que cette affirmation est totalement fausse. La théorie humorale de la maladie, par exemple, domina la médecine occidentale pendant 3000 ans jusqu'à l'avènement de la médecine scientifique. Les médecins occidentaux diagnostiquaient des déséquilibres dans les quatre humeurs : le sang, la morve, la bile verte et la bile noire. Ceux-ci traitaient ces déséquilibres avec des potions émétiques, des laxatifs ou la saignée. Les échecs répétés et fréquents de leurs traitements n'en réduisait pas leur foi en cette pratique.

On nous empoisonne

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes
Les médicaments c'est mauvais. Avec une tisane, ça passera

Les médicaments c'est mauvais. Avec une tisane, ça passera

Commentaires lus : "Les médicaments c’est mauvais / Rien ne vaut un bon traitement de Médiator pour garder la forme / Nombre de laboratoires qui pourront être condamnés pour création de maladies / Pas faire d’ombre aux empoisonneurs légaux / Les laboratoires ont ils été inquiétés par les nombreux médoc mis sur le marché puis retiré à cause des nombreux morts / Ils préfèrent empoisonner les gens avec des médicaments chimiques / On préfère faire confiance aux labos qui empoisonnent les patients / Les laboratoires sont condamnés eux ? / Quand on voit les bourdes graves de la médecine traditionnelle / Et XXX qui a assassiné des centaines de personnes / Affaire du médiator"

Plusieurs moisissures argumentatives ici :

  • La généralisation abusive : prendre un échantillon trop petit et en tirer une conclusion générale. (exemple : mon voisin est un fainéant moustachu, donc tous les moustachus sont des fainéants.)
  • L'homme de paille ou technique de l'épouvantail : c'est travestir la position de l'interlocuteur en une autre, plus facile à réfuter ou à ridiculiser
  • La culpabilité par association : discréditer une idée en l’associant à une personne ou à un groupe indésirable

La théorie du complot

Le vrai visage des pharmaciens

Le vrai visage des pharmaciens

Commentaires lus : "Révelateur du conditionnement et de la manipulation dont nous nous éveillons / Ils sont traqués, surveillés, condamnés mais ils résistent. / Qui a le savoir à le pouvoir, ce que n’aime pas ceux qui nous gouverne / La liberté a perdu depuis quelque temps déjà / Ça gène les pharmacies / Des personnes qui dérangent / Certains n’ont pas compris comment marche le capitalisme, ca fait un peu illuminati"

Que seraient charlatans et gourous sans la Conspiration. Nul besoin de s'attarder. Citons juste au passage ce qu'on appelle l'analogie douteuse qui consiste à discréditer une situation en utilisant une situation de référence lui ressemblant de manière lointaine. (Exemple : vous ne me croyez pas, mais Galilée aussi a été condamné et avait raison. (On appelle celui-ci le syndrome de Galilée)

Le savoir secret.

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes
Big Pharma ne me mettra pas la main dessus

Big Pharma ne me mettra pas la main dessus

Commentaires lus : "Ils ont un savoir qui dérange et qui nous est si précieux / Le savoir est un droit et celui ci particulièrement acquis depuis des générations / Les laboratoires pharmaceutiques commencent à avoir peur que les gens découvrent qu’ils existent d’autre moyen de se soigner que les médicaments qu’ils produisent"

On a ici un mélange de plusieurs moisissures argumentatives : biais d'ancestralité, appel à la nature et conspirationnisme

Que conclure de toutes ces moisissures argumentatives ?

Je laisse la parole au regretté Umberto Eco

Pseudo thérapeutes, cessez d'insulter la mémoire des herboristes

Conclusion

Actuellement, la plupart des plantes médicinales relèvent du monopole pharmaceutique et ne sont disponibles qu'en pharmacie. A cet effet, le pharmacien reçoit des cours de botanique au cours de sa formation, et il est donc habilité à vendre des plantes médicinales, mélangées ou non. Avec près de 23 000 officines de pharmacie réparties sur le territoire national, le maillage territorial est donc suffisant pour répondre aux besoins de la population.

Certaines plantes inscrites à la pharmacopée, qui figurent sur une liste établie par décret, peuvent être vendues en dehors d'une officine. Ce décret a été pris après que l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé eut procédé à une évaluation de ces plantes.

Le double circuit actuel de vente – en officines pour les plantes dont l'usage comporte le plus de risques et en dehors pour celles qui ne présentent pas de danger – permet donc un accès large et sécurisé aux plantes médicinales. On est dans la situation d'autrefois où les herboristes pouvaient proposer des plantes et les apothicaires (les pharmaciens de l'époque) celles inscrites sur les listes des substances vénéneuses.

Pourquoi tout ces débats alors ?

Il est reproché aux professions médicales de ne pas s’intéresser suffisamment à cette dimension de leur profession. Il existe un diplôme d'état en phytothérapie réservé aux professionnels du monde médical et délivré dans plusieurs villes. L'Association des usagers de la phytothérapie fournit sur demande une liste de médecins phytothérapeutes. Adresse : Phyto 2000 - BP 6116 - 75762 Paris Cedex 16. E-mail : contact@phyto2000.org

Le monde pharmaceutique a été éclaboussé par des scandales mais l'imaginaire collectif retient davantage ces derniers que les réussites et les succès. De là on tombe dans le biais de généralisation abusive qui vient polluer le débat. Comme bon nombre d'activités humaines, il y a des dérives partout. De là à généraliser, c'est une faiblesse et de la bêtise bien humaine.

On ne peut qu'entendre l'appel des gens à vouloir se soigner avec des méthodes dites "douces" ou "naturelles". Mais gardons absolument en tête que ces méthodes ne font pas de miracles non plus, qu'il y a aussi des dérives dans ce domaine et qu'il est nécessaire qu'il y ait des garde-fous, une régulation avec des sanctions le cas échéant. Il faut dépasser ce débat stérile entre partisans du naturels et pharmacologie au risque pour ne pas laisser une porte ouverte aux pseudo thérapeutes. Devant la recrudescence des "dérapeuthes", la santé publique n'a rien à gagner à revenir au Moyen-Âge.

On ne peut que se réjouir de l'engouement pour la phytothérapie mais il s'agit de porter ses couleurs avec intelligence. C'est notamment grâce à la biologie, la chimie, l'ethnobotanique, la pharmacognosie que notre savoir est ce qu'il est, la première leçon à retenir est que la phytothérapie est une démarche scientifique multidisciplinaire.

Pour soigner certains petits maux fréquents et sans gravité, tels qu'un rhume, une indigestion ou un léger trouble du sommeil, certaines plantes médicinales bien connues peuvent être employées mais il faut garder à l'esprit que les produits à base de plantes exposent à des interactions médicamenteuses et à des effets indésirables parfois graves. Votre professionnel de santé est et restera votre interlocuteur le plus sûr.

Sources

http://www.charlatans.info/naturo.shtml

http://www.atlantico.fr/decryptage/fin-monopole-pharmacies-ne-changera-pas-grand-chose-aux-prix-medicaments-claude-pen-783766.html/page/0/1

http://cortecs.org/materiel/moisissures-argumentatives/

http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article1267

http://isc-zoelie.blogspot.fr/2013/04/conspiration-regle-des-5-tions.html?m=1

http://www.senat.fr/questions/base/2010/qSEQ10020825S.html

http://eurekasante.vidal.fr/parapharmacie/bon-usage-phytotherapie-plantes/phytotherapie-prescription.html

http://www.hominides.com/html/references/homme-plantes-medicinales.php

http://www.derives-sectes.gouv.fr/sites/default/files/editoriale/fichiers/Comment%20reconnaître%20un%20charlatan%20ou%20un%20pseudo%20thérapeute%20sectaire.pdf

Partager cet article

Repost 0