Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le champignon, quand Janus rencontre Cernunnos.

Depuis des millénaires, le champignon est présent dans le quotidien des hommes.

Les gastronomes penseront aux poêlées de cèpes ou de girolles, les mycologues aux organismes mycéliens ni plantes ni animaux, les médecins aux mycoses, aux intoxications par l’ingestion de certains champignons, etc.

S’en nourrissant, y trouvant des satisfactions mais aussi la douleur et la mort, les champignons inspirent pléthores de notions souvent contradictoires.

Par leur apparition brutale, privés des organes habituels des autres plantes, les champignons ont dû paraître incompréhensibles à nos ancêtres, générant par là nombre de superstitions et de croyances. Cette apparition mystérieuse hors de la terre a pu établir également chez nos ancêtres un parallèle avec de quelconques divinités chtoniennes. Pendant des siècles, les champignons sont considérées comme des émanations de la terre humide dont les poussées sont stimulées par la foudre.

Il serait long et fastidieux de passer en revue toute l’iconographie mycologique mais on peut citer l’association entre champignons et serpents, les crapauds qui grimpaient sur eux pour y déposer leur venin, etc. On peut aussi mentionner les ronds de sorcières et toute la mythologie qui s’y attache.

La vie avec de bons plats mais aussi la mort par intoxication, le champignon a certains traits communs avec le dieu romain Janus, dieu bicéphale des commencements et des fins, des choix, du passage et des portes. Janus était aussi le dieu qui ouvrait les portes de la vie. Dans l’Etre et le néant, Sartre compare également la mort à Janus.

Mais on peut aussi citer Cernunnos, figure majeure du panthéon celtique, incarnant le cycle biologique de la nature, reflétant simultanément la vie et la mort, la germination et le dépérissement, à l'image du cerf, l'animal qui le symbolise, lequel perd ses bois en hiver pour les recouvrer au printemps.

Cet article donne des éléments de réflexion sur le symbolisme associé aux champignons, sur l’étymologie et sur les premiers contacts que les champignons et les hommes ont pu avoir.

Symbolisme

On associe généralement le champignon à l’automne. C'est l'époque à laquelle on part en forêt pour les ramasser. L'humidité des pluies de l'automne favorise l'apparition des champignons. L'eau est symbole de vie et de force fécondante et fait ainsi du champignon un symbole de fertilité et de fécondité.. Ceci est renforcé par la forme même du champignon qui est souvent un symbole phallique. La puissance sexuelle masculine est étroitement associée au champignon. Le champignon est également le symbole de la puissance sexuelle et de la fertilité en héraldique Le champignon se caractérise entre autres par une croissance ultra rapide, une croissance qui n'est pas sans rappeler une érection, autre symbole de vie fécondante, une force éternellement renouvelée et perpétuée, une image de la longévité.

Dans sa symbolique, le champignon se rapproche donc de la polarité masculine, de Cernunnos qui représente aussi bien la vie que la mort, son aspect sexuel.

On trouve de vieilles peintures chinoises dont le sujet est un cerf portant un champignon. Tous deux sont des symboles de longévité et le champignon sacré représente l’immortalité. Chez les asiatiques le champignon est le symbole d’une longue vie et les coréens le considèrent comme magique.

A cause de leur génération spontanée, Porphyre (234-305 ?) assimile les champignons à des fils des dieux.

Le champignon est donc symbole de vie, mais ne l’oublions pas, aussi symbole de mort. Les champignons vénéneux causent dans certains cas une mort douloureuse, ce qui mène logiquement vers ce symbolisme de mort. Les clés de la seconde explication pour cette connexion avec la mort, se trouvent dans la saison même de l'automne. C'est la saison du déclin des forces solaires. Le principe générateur de vie est en décroissance. Cette époque de l'année est celle qui ouvre la saison morte de l'hiver, elle mène donc tout droit vers le principe cyclique de la mort. Les polonais mangent des champignons à Noël car ils pensent ainsi pouvoir nouer des contacts avec les morts.

Le champignon est donc symbole de la vie régénérée par la fermentation mais représente aussi la décomposition organique, c’est à dire la mort.

Etymologie

L'étymologie même du mot mycologie vient de la mythologie grecque:

"Le sort voulut que la prédiction de l'oracle s'accomplît et que le héros grec Persée tuât accidentellement son propre grand-père Acrisios, à qui il avait succédé sur le trône d'Argos. Ne supportant pas la triste réputation que cet accident lui avait valu auprès de ses sujets, Persée convainquit Mégapenthès, fils de Protéos, d'échanger leurs couronnes. S'étant mis en route pour prendre possession de son nouveau royaume, Persée, fatigué et assoiffé, put se désaltérer avec l'eau recueillie dans le chapeau d'un champignon. Il décida de fonder à cet endroit une nouvelle capitale et de lui donner le nom de Mycènes en souvenir du champignon" ("mukês" en grec).

Telle est une des versions de la légende que nous a transmise Pausanias : ainsi, une des plus grandes civilisations du passé, la civilisation mycénienne, dut peut-être son nom à un champignon légendaire. La racine grecque se retrouve aujourd'hui dans les termes "mycophage", "mycologie", "mycose"...

Un autre personne de la mythologie grecque,Sisyphe, fonda Ephyra, connue par la suite sous le nom de Corinthe, et la peupla d'hommes nés de champignons.

Chez les grecs, le champignon est donc clairement associé à la vie.


Les Romains étaient de grands amateurs de champignons du point de vue gastronomique, comme en témoignent de nombreuses recettes culinaires qui sont parvenues jusqu'à nous grâce aux écrivains de l'époque. Encore aujourd'hui, l'un des joyaux culinaires méditerranéens, l'oronge, baptisée par les Romains "mets des dieux", est appelé amanite des Césars Amanita caesarea. Les Romains parlaient cependant des champignons sous le terme de "fungus", qui signifiait peut-être "porteur de mort" ("funus ago") ou provenir du grec sphongos signifiant éponge. On retrouve cette racine dans les mots "fongicide", "fongiforme", le terme anglais "fungivorous"...Les champignons n’avaient pas la cote à Rome, appeler quelqu’un «fungus» c’était le traiter d’imbécile.

Le symbole de vie représenté par le champignon dans la légende grecque devint symbole de mort dans la civilisation romaine. On peut émettre l’hypothèse raisonnable que l’intérêt culinaire des romains pour les champignons a eu pour corollaire des empoisonnements ou autres cauchemars en cuisine. L’empereur Claude (54) et son fils Britannicus (55) sont morts d’empoisonnement aux champignons.

Le terme de champignon vient de l’ancien français champignuel et du latin campaniolus, qui pousse dans les champs. L’origine du nom invoque les produits des campagnes

Des champignons et des hommes

L'Homme Préhistorique connaissait-il les champignons? Savait-il les décrire? Différencier les comestibles des vénéneux? Ces questions resteront certainement sans réponses

Associés également à l’idée de la mort, souvent douloureuse, l’imaginaire de l’homme a vite fait de leur revêtir un caractère maléfique, un signe de puissances occultes qu’il a dut vénérer mais aussi craindre. Ces croyances se retrouvent dans les contes et légendes populaires.

Certaines peuplades préhistoriques avaient des chamans qui consommaient certains types de champignons pour entrer en transe. Le chercheur Robert G. Wasson n’hésite pas à poser la question quant aux rôles des champignons hallucinogènes dans la naissance du phénomène religieux chez l’homme, l’émergence du sentiment de divinité (caractère entheogène) via les effets des champignons hallucinogènes. L’ethnologie explique généralement la naissance de la religion par la transmission de l’hallucination du prêtre aux fidèles.

Ainsi avant même que ne débute l’histoire de l’humanité, le champignon est déjà considéré comme un passeur, un moyen de transition entre un monde réel, matériel et un « autre monde ». On rejoint ici la symbolique liée à Janus.

Wade Davis, ethnobotaniste canadien et auteur de nombreux travaux remarquables sur les différentes cultures humaines, met en perspective dans ses ouvrages les liens entre la connaissance de la nature, des plantes et notamment des champignons chez les shamans

Voici des siècles déjà, les Aztèques dévoraient des champignons pour entrer en état de transe. Par ailleurs, nombre de cultures anciennes font référence aux champignons « magiques » provoquant des hallucinations.

On retrouve des traces très anciennes de leur usage dans diverses cultures. Ils font encore l'objet d'une utilisation chamanique en Amérique latine notamment. Ils sont alors qualifiés de « champignons sacrés » ou « chair des dieux » (teonanácatl) et on leur prête des vertus enthéogènes.

On trouve des représentations de champignons sur des peintures rupestres découvertes au Sahara datant de 7000 av. J.-C.

Vers environ –4500 av. JC, un chasseur cueilleur du néolithique trouva la mort non loin des dolomites. Enseveli sous la glace, son souvenir est parvenu jusqu’à nous sous le nom d’Ötzi. Les scientifiques ont découvert dans sa besace deux restes de champignons dont le polypore amadouvier (Fomes fomentarius). Notre chasseur s’en servait comme briquet portatif pour faire du feu. Le polypore amadouvier est une espèce qui a vraisemblablement contribué à la nomadisation de l’homme et son expansion territoriale en lui fournissant l’amadou, un combustible indispensable pour faire du feu sans avoir besoin de conserver et transporter des braises.

Le champignon permettait ainsi à l’homme de conquérir de nouveaux territoires.

Dès la Haute Antiquité les champignons étaient connus et appréciés. C’est à Mari (aujourd’hui Tell El Hariri en Syrie) qu’est découvert le premier texte traitant de champignons, parmi les 20 000 tablettes gravées en écriture cunéiforme. L’une d’elle, datant du 3éme millénaire avant J.C., relate le présent d’un panier de truffes fait au roi par un vassal.

Certaines représentations mayas datent de 500 av. J.-C., notamment les vestiges archéologiques des sites des hauts plateaux guatémaltèques et dans le sud-est du Mexique représentant des effigies dont la tige est ornée d'une tête humaine ou animale surmontée d'une couronne en forme d'ombrelle.

Plusieurs dieux peuvent leur être assimilés, le dieu Piltzintecuhtli qui est un dieu mexicain des plantes hallucinogènes dont les champignons divins, le dieu aztèque Xochipilli qui est le dieu du « rêve fleuri »

De nombreuses légendes populaires, presque toutes originaires d’Europe Centrale, sont consacrées aux champignons. La mythologie scandinave les voit naître de gouttes d’écume tombées de la bouche du cheval d’Odin, le créateur d’Ask, le premier homme, et d’Embla, la première femme, l’inventeur des runes et surtout de la magie. Déformées, remaniées au cours des temps, christianisées par la suite, ces légendes naïves font éclore les champignons des miettes de pain tombées de la bouche d’un saint (habituellement vénéré dans la région d’où provient la légende). Si les miettes venaient de pain blanc, elles engendraient de bons champignons, s’il s’agissait de pain bis, les champignons étaient vénéneux. Ainsi, expliquait-t-on, les uns et les autres sont régulièrement mélangés puisque le saint recevait tantôt un accueil généreux et du pain blanc, tantôt du pain bis seulement.

Les premières descriptions en langues européennes datent du Grec Théophraste (- 371 à – 288) qui observait que les champignons sortaient des racines des chênes. On trouve de nombreuses considérations similaires chez les auteurs gréco-latins : Nicandre évoque les noms des champignons mortels de l’olivier, du grenadier et de l’ieuse ; Pline l’Ancien et Dioscoride décrivent « l’agaricum » du grec « agaricon », et Athénée comme ses prédécesseurs distingue les champignons, la truffe et la « pezis ».

Conclusion

Quand je me promène en forêt pour étudier la flore mais surtout les champignons, je ne peux m’empêcher de penser à nos ancêtres qui les ont observés avec beaucoup de curiosité et d’interrogation. De nombreuses légendes, des mythes, toute une symbolique sont nés de l’ignorance et de la curiosité de ces hommes. Fécondité, mort, poison, renaissance, plaisir, joie d’un bon repas partagé, rituels sacrés, renaissance, les champignons partagent avec l’homme une histoire intime. Avec moins de 1% du nombre d’espèces estimées décrites, les champignons ont encore beaucoup à nous dire.

J’ai un pincement lors de mes promenades lorsque je croise des champignons piétinés, les chairs en lambeaux, saccagés par l’imbécillité d’Homo sapiens qui utilisent soit l’ignorance, soit l’estomac, comme critères de différentiation.

Aujourd'hui, le champignon symbolise aussi la puissance destructrice de la bombe atomique. Ainsi, on parle désormais de "champignon atomique". Le symbolisme de mort a repris le dessus mais avec les recherches en mycothérapie et d’autres recherches impliquant des champignons, ces derniers pourront peut être à nouveau susciter la vie, l’espoir, le renouveau.

Peu importe au final à quel niveau de symbolisme on se situe, à partir du moment où la curiosité, l’émerveillement devant ces organismes, guident nos pas en foret. Dans tout les cas, le promeneur arrivera à bon port, celui d’une symbiose homme champignon qui perdure depuis la nuit des temps.

Sources

Food of the Gods (La Nourriture des Dieux) de T. Mc Kenna.

Des champignons et des hommes de G. Gaudreau, A. et F.-X. Ribordy et M. Tremblay

Dictionnaire des Symboles de J. Chevalier et A.Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

La mythologie des plantes ou les legendes du regne vegetal de A. De Gubernatis

Dictionnaire de la fable ou mythologie grecque, latine, égyptienne, Volume 2 de F.-J.-M. Noël

Tous les champignons portent-ils un chapeau ? de F. Martin

http://mycologia34.canalblog.com/archives/2010/03/02/15676444.html

http://mycologia34.canalblog.com/archives/2009/06/27/14223826.html

http://www.mycolocomines.be/Les-champignons-dans-l-histoire.html

http://www.liberterre.fr/entheogenes/recherches-modernes/vincentwattiaux.html

http://paganismeoccidental.forumactif.org/t214-symbolisme-du-champignon

Partager cet article

Repost 0