Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La véronique dans tout ses états

La véronique s’aventure

Près des boutons d’or dans les prés

Les caresses de la nature

Hâtent les germes rassurés

Théophile Gautier (La fleur qui fait le printemps)

Plantes angiospermes dicotylédones de la famille des plantaginacées, il est un groupe de plantes qui passe souvent inaperçues : les véroniques. Et pourtant elles sont parmi les premières à ajouter un peu de couleur à nos paysages dès la fin de l’hiver.

Les véroniques sont des plantes herbacées annuelles ou vivaces, mais également des arbustes, qui croissent du niveau de la mer jusqu'à 2500 mètres d'altitude environ et leur distribution est quasi mondiale.

Le genre Veronica compte plus de 500 espèces dans le monde, généralement de petite taille, souvent rampantes, à feuilles opposées ou verticillées (dans quelques espèces, les feuilles supérieures sont alternes, par exemple Veronica persica). Certaines peuvent atteindre 80 cm de hauteur.

Les véroniques sont des plantes hermaphrodites fleurissant en fin de printemps et en été. Elles sont généralement de couleurs bleu, rose ou blanc avec 4 pétales et 2 étamines qui entourent un minuscule pistil. Elles peuvent former des racèmes, plus rarement des épis, ou être solitaires à l'aisselle des feuilles. Calice à quatre sépales le plus souvent, parfois à cinq. Corolle à quatre pétales, la couleur dominante étant le bleu. Dans beaucoup d'espèces, l'un des pétales est plus petit et plus clair que les trois autres. Deux étamines, un style, ovaire supère.

Veronica persica

Veronica persica

Veronica persica

Veronica persica

Veronica persica à 5 pétales (rare)

Veronica persica à 5 pétales (rare)

Le fruit est une capsule aplatie ou globuleuse, à deux lobes souvent en forme de cœur.

Fruits de Veronica persica

Fruits de Veronica persica

On trouve en France environ une quarantaine de véronique sauvage dont 20 espèces recensées en Lorraine et 17 en Alsace.

On distingue aussi les véroniques arbustives ou hébé (Hébé est le nom grec de la déesse de la jeunesse et de la vigueur, fille de Zeus et d’Héra). Comptant environ 100 espèces et plus de 1000 variétés, les hébé sont originaires d'Australie, Nouvelle-Guinée, Amérique du Sud et de Nouvelle-Zélande. Introduit en Europe au XIXe siècle sous forme de graines, le genre hébé doit beaucoup à un horticulteur écossais, Isaac Anderson Henry, qui le premier, l'a hybridé et multiplié à Édimbourg. L'un des premiers hybrides obtenu en 1849 est appelé hebe x andersonii en hommage à son créateur.

En langage des fleurs, la véronique est symbole de fidélité. On dit que placer quelques branches fleuries dans un bouquet affirme sa fidélité à l’être aimé.

Sainte Véronique (Lorenzo Costa – XIVe s)

Sainte Véronique (Lorenzo Costa – XIVe s)

Le genre doit son nom, selon le chanoine Fournier, à Sainte Véronique qui aurait recueilli un linge portant les traits du Christ et aurait grâce à ce linge, guéri l’empereur Tibère de la lèpre. On fait souvent le lien entre les fleurs bleus et les yeux de Sainte Véronique qui tendit son voile au Christ lors de la sixième étape du chemin de croix.

Une autre théorie postule que le nom Véronica reposerait sur un malentendu : une erreur d’impression aurait altéré Betonica en Vetonica, terme interprété ensuite en Veronica.

Le nom latin peut être rattaché au mot grec Berenike (porteur de la victoire)

La véronique est également appelée « bonne-femme », par allusion à la forme d’un gentil minois féminin qu’elle pourrait évoquer.

Au Moyen Age, la fleur était comparée à l’empreinte du Christ (Verum Icon « vraie image ») car elle dessinait un visage rudimentaire avec les deux anthères figurant les yeux (Pierre Fourier Les 4 flores de France). Les italiens l’appellent d’ailleurs les yeux de la Vierge Marie (Occhi della madonna)

Aux 16e et 17e siècles, cette plante fit la gloire des grandes dames en Allemagne, qui se paraient de ces fleurs.

Lorsque les Pères pèlerins ont mis les voiles pour l'Amérique en 1620, le navire jumeau du Mayflower a été nommé Véronique. Le Speedwell (nom anglais de la véronique) a été saboté par son équipage et forcé de retourner en Angleterre.

http://www.speedwellplymouth.com/

http://www.speedwellplymouth.com/

Une véronique stylisée figure sur l’insigne du 541 escadron de la Royal Air Force.

(http://www.rafweb.org/Squadrons/Sqn541-598.htm)

(http://www.rafweb.org/Squadrons/Sqn541-598.htm)

Timbre poste de Norvège (1973)

Timbre poste de Norvège (1973)

Timbre poste de Suède (1995)

Timbre poste de Suède (1995)

Veronica persica
Veronica persica

La véronique de Perse (Veronica persica)

La Véronique de Perse (Veronica persica) est de loin la plus connue de toutes puisqu’elle fleurit quasiment toute l’année dans tous les milieux plus ou moins utilisés par l’homme. On la classe même parfois parmi les messicoles (plantes qui accompagnent les cultures). Plante fréquente dans les jardins et le long des chemins

Originaire du Caucase et a été planté en Europe centrale en 1900 dans les jardins comme plante ornementale. De ces jardins échappé en 1930 à la véronique de Perse et est répandu dans toute l'Europe centrale.

Basse et rampante, plus ou moins velue, sa fleur bleu clair à centre blanc mesure environ 1cm de diamètre. Le pétale inférieur est en général plus clair que les autres. Les fleurs, isolées sont portées par des pédoncules assez longs ; elles comportent quatre pétales ou lobes, le quatrième étant plus petit que les trois autres. C’est une plante thérophyte (la plante survit à la mauvaise saison sous forme de graine),estivale, avec des fleurs hermaphrodites.

Pollinisation : entomogame

dispersion : hydrochore

Veronica persica (fruit)

Veronica persica (fruit)

Veronica persica

Veronica persica

http://www.elisabethpoulain.com/pages/P40_WBW_Les_Habits_des_Vins_dEmotion_Le_jeu_amoureux-1711731.html

http://www.elisabethpoulain.com/pages/P40_WBW_Les_Habits_des_Vins_dEmotion_Le_jeu_amoureux-1711731.html

La véronique dans tout ses états

La véronique officinale (Veronica officinalis)

Elle pousse dans les sous-bois, clairière, bord des fossés et pâturage.

Parmi le genre Veronica, seule la véronique officinale est considérée dans la pharmacopée française comme plante médicinale (liste A de la pharmacopée française)

Elle était utilisée autrefois en application sur les plaies des lépreux, d’où son nom d’herbe aux ladres. Sur les conseils d’un chasseur, un roi franc aurait guéri de la lèpre grâce à elle.

L’usage lui prête des vertus stomachiques, vulnéraires, diurétiques, expectorantes entre autres. Comme pour toute plante médicinale, l’avis préalable d’un professionnel de santé est indispensable.

Elle a connu son heure de gloire en Allemagne au XVI et XVII ème siècle. Les médecins de ce pays voyaient en elle le remède « miracle » contre la phtisie et d’autres affections respiratoires et digestives. Johann Franke en 1690 lui consacra un ouvrage de 300 pages mais rien n’exclut une confusion avec d’autres plantes dans cet ouvrage.

Veronica officinalis

Veronica officinalis

Veronica officinalis

Veronica officinalis

La véronique dans tout ses états

La véronique des ruisseaux (Veronica beccabunga)

Appelée aussi cresson de cheval ou salade de chouette, elle affectionne les sources, ruisseaux, fossés et marécages. Beccabunga est une déformation du germanique Bachbunge qui signifie plante des ruisseaux.

Elle peut être consommé pour remplacer le cresson dont les feuilles fraîches rappellent le goût. Avec ses feuilles riches en vitamine C, elle fût utilisé à une époque contre le scorbut.

La prudence est de rigueur car ses feuilles peuvent être contaminés par la douve du foie, surtout s’il y a des pâturages autour. Par conséquent, elle ne doit pas être consommée crue mais cuite. La plante a été utilisé autrefois pour traiter les infections urinaires, probablement sans réel succès. Une hypothèse est que son fruit de forme ovale a pu faire penser à cette propriété, à une époque où l’on croyait à la théorie des signatures.

Veronica beccabunga

Veronica beccabunga

(Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)
(Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)

La véronique en épi (Veronica spicata)

Elle croît naturellement sur les pelouses sèches et ensoleillées. C’est aussi une excellente plante d’ornement, parfaitement adaptée à notre climat et très tolérante sur les conditions de culture. Ses épis denses et fins sont toujours d’un bel effet dans les massifs.

Il n’est pas rare de la trouver en subspontané

La véronique dans tout ses états

La véronique à écusson (Veronica scutellata)

Cette véronique se reconnaît très facilement grâce à la forme très particulière de ses feuilles. Ces dernières sont opposées, très étroites et légèrement dentées. Les fleurs sont claires et disposées en grappes lâches longuement pédicellées. On la reconnaît facilement à ses fleurs blanches ou à peine veinées de bleu, à 4 pétales, avec un calice à 4 lobes, ainsi qu'à ses feuilles longues Cette plante se rencontre dans les lieux humides et les marécages.

Veronica scutellata

Veronica scutellata

La véronique petite chêne (Veronica chamaedrys)

Espèce commune le long des chemins et dans les champs. Ses petites fleurs bleu vif à gorge blanche ainsi que ses deux étamines sont facilement reconnaissables. Les allemands l’appellent aussi la fleur aux orages puisque selon la croyance populaire, soit elle fleurit les années orageuses où son arrachage entraîne des orages. Pour cette raison il ne faut pas la cueillir et la mettre dans une maison.

Floraison : avril-juin

Altitude : 0-2200 m

Biotope : prés, bois, haies

pollinisation : entomogame

Veronica chamaedrys

Veronica chamaedrys

Veronica chamaedrys

Veronica chamaedrys

Tige avec ses deux lignes de poils caractéristiques

Tige avec ses deux lignes de poils caractéristiques

Tige et pédicelle floral

Tige et pédicelle floral

La véronique dans tout ses états
Timbre poste émis par la Roumanie en 2013

Timbre poste émis par la Roumanie en 2013

La véronique agreste (Veronica agrestis)

 Veronica agrestis (Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)

Veronica agrestis (Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)

La véronique des champs (Veronica arvensis)

Petite plante annuelle (5 à 25 cm), à tige dressée ou ascendante. Feuilles opposées, sessiles ou subsessiles, à limbe vert clair ovale plus ou moins crénelé. Inflorescence en racème terminal feuillu à nombreux poils glanduleux. Les fleurs sont très petites (moins de 5 mm), d'un bleu assez vif. Floraison d'avril à septembre, sur sols sablonneux, au bord des champs ou des chemins.

Veronica arvensis

Veronica arvensis

Veronica arvensis

Veronica arvensis

Veronica arvensis

Veronica arvensis

Veronica arvensis

Veronica arvensis

Veronica arvensis

Veronica arvensis

La véronique germandrée (Veronica teucrium)

C'est une espèce du groupe austriaca. Teucrium est le nom scientifique de la Germandrée, deTeucros, prince de Troie, qui découvrit les propriétés médicinales de la germandrée.Plante peu ligneuse et peu ramifiée à pilosité tout autour de la tige, grandes fleurs en belles grappes, calice cilié à 5 lobes dont un très petit

Floraison : mai à juillet

Altitude : 0 à 1700 mètres

Biotope : régions de collines ou montagneuses, lieux semi-ombragés secs, lisière de forêt

Pollinisation :

Dissémination :

La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
(Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)
(Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)

La véronique à feuilles de lierre (Veronica hederifolia)

Adventice fréquente des jardins, cette petite plante annuelle à tige rampante fleurit dès le début du printemps, pendant plusieurs mois. Les feuilles, pétiolées, sont velues, arrondies, découpées en 3 à 5 lobes. Fleurs bleu pâle légèrement violacées, solitaires, de très petite taille (moins de 5 mm). Le calice, à bords ciliés, dépasse nettement la corolle.

Veronica hederifolia ssp hederifolia

Veronica hederifolia ssp hederifolia

Veronica hederifolia ssp hederifolia

Veronica hederifolia ssp hederifolia

Veronica hederifolia ssp hederifolia

Veronica hederifolia ssp hederifolia

Veronica hederifolia homochrome (Photo Benjamin Suze)

Veronica hederifolia homochrome (Photo Benjamin Suze)

Veronica hederifolia (fruit)

Veronica hederifolia (fruit)

Veronica hederifolia (fruit)

Veronica hederifolia (fruit)

Veronica hederifolia (graines)

Veronica hederifolia (graines)

La véronique des montagnes (Veronica montana)

La tige est velue, plus ou moins couchée, est radicante aux nœuds. Les feuilles sont pétiolées, larges et fortement dentées. Les fleurs, lilas pâle, forment des grappes lâches à l'aisselle des feuilles. Le fruit est aplati et cilié sur les bords.

Floraison : avril à juillet

Altitude : 0-1500 m

Biotope : bord de chemin, forêt humide

Pollinisation : entomogame

Dissémination : epizoochore

Feuilles opposées pétiolées

Feuilles opposées pétiolées

La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
Racines sur la partie rampante

Racines sur la partie rampante

Bractées à la base des pédicelles floraux

Bractées à la base des pédicelles floraux

Calice soudé à la base

Calice soudé à la base

La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
(Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)
(Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)

La véronique mouron d’eau (Veronica anagallis aquatica)

Plante vivace glabre poussant au bord des cours d'eau, souvent sur les rochers. Feuilles vert pâle ovales à lancéolées, très légèrement dentées, les supérieures engainant un peu la tige. Fleurs petites (< 1 cm) en grappes, de couleur bleue ou mauve pâle, portant à la base des pétales des lignes violettes. Floraison de juin à septembre, souvent en altitude.

(Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)

(Photo : Paul Montagne / http://www.monde-de-lupa.fr)

Veronica serpyllifolia
Veronica serpyllifolia

La véronique à feuilles de serpolet (Veronica serpyllifolia)

Assez courante dans les lieux plutôt humides, cette plante vivace de 10 à 30 cm pousse chez nous surtout en montagne (jusqu'à 2500 m). Feuilles opposées à très court pétiole, à peu près ovales. La plante se reconnaît surtout à la corolle, à pétales blancs légèrement bleutés, striés de bleu violacé. Floraison de mai à octobre

La véronique filiforme (Veronica filiformis)

Sous ses aspects fragiles, cette véronique est une redoutable envahisseuse. Vivace avec d'innombrables petites feuilles rondes bien tapissantes, elle peut être utilisée pour remplacer un coin de gazon. Cette plante croît dans les pelouses et les prairies où elle forme souvent des masses importantes, visibles de loin. C'est une espèce originaire d‘Anatolie du nord et signalé pour la première fois en France en 1910 par Marnac et Reynier dans les Bouches du Rhône (Bulletin de la Soc. Bot. du Centre-Ouest, nouv. série, 1973, t.4), en expansion chez nous.

La tige grêle, rampante, s'enracine aux nœuds. Les petites feuilles arrondies sont crénelées. Les fleurs, bleues à lilas, sont portées par de longs pédoncules.

Les graines ne semblent pas intervenir dans la dissémination mais cette espèce peut être facilement transplantée.

Veronica filiformis

Veronica filiformis

Veronica filiformis

Veronica filiformis

Veronica filiformis

Veronica filiformis

Veronica filiformis

Veronica filiformis

La véronique luisante (Veronica polita)

C'est une plante couchée qui croît dans les champs et les jardins. Les feuilles, à dents assez profondes, sont un peu luisantes et glabrescentes dessus, très velues dessous. Les fleurs sont portées par un pédoncule plus court ou à peine plus long que la feuille correspondante. La corolle est bleue avec souvent un liseré rouge à la gorge. Le style dépasse nettement l'échancrure du fruit qui est globuleux et recouvert de poils glanduleux mêlés de poils simples plus courts.

Veronica polita

Veronica polita

Veronica polita

Veronica polita

La véronique à feuilles d'ortie (Veronica urticifolia)

Tout comme son nom l’indique, cette véronique est principalement caractérisée par la forme de ses feuilles, évoquant celles des orties. Elle pousse dans les bois et les lieux ombragés, généralement sur sols calcaires, dans les zones montagneuses d'Europe occidentale, surtout méridionale.

Floraison : de Juin à Août

Altitude : 1000 à 2000 mètres

La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états
La véronique dans tout ses états

Sources :

http://www.monde-de-lupa.fr/Pelouses/PagesPel/Veronica%20pg/Veronica.html

http://www.wikiphyto.org/wiki/Véronique_officinale

http://www.florealpes.com/genre_Veronica.php

http://krissnature.over-blog.com/article-14132339.html

Bulletin de la Soc. Bot. du Centre-Ouest, nouv. série, 1973, t.4

http://www.fleursdusud.fr/index.php/toutes-les-galeries/category/417-veronica

http://www.fleursdusud.fr/index.php/sz/van-ver/1568-veronica-austriaca-subsp-teucrium--veronique-germandree--plantaginacees-

http://austria-forum.org/af/AustriaWiki/Ehrenpreis

Partager cet article

Repost 0